Entre rire et larme…"Battons-nous. Cherchons le beau, le vrai. Ayons enfin le courage des larmes. Et révérons la vie. Théodore Monod"

On partage ?

 

En mamilyblou, sage, oui faut bien que j’le sois juste un peu , sage! voyons!paceque mamilyj’le suis depuis + de 21 ans et j’adôôôrrre et aimerait l’être plus souvent, mais voilà les kms !

alors d’une si jolie région, perdue dans le  bordelais…..

Non pas de nuit blanche en folie…juste un peu en patisserie !

j’an ai fabriqué tout plein pour la petite tribu….comme on aime partager…

Histoire du Cannelé Bordelais

Les Dames de l’Annonciade

La légende veut que les Cannelés Bordelais soient nés lors du débarquement des bateaux de farine sur les quais de Bordeaux. Mais plus vraisemblablement, le Cannelé Bordelais aurait été inventé au XVIIIe siècle par les religieuses du couvent des Annonciades (aujourd’hui couvent de la Miséricorde), à Bordeaux, sous le nom de canelas ou canelons. Ces premiers canelas ne ressemblent pas encore aux Cannelés Bordelais : ce sont de petits gâteaux de pâte très mince roulée autour d’une tige de canne et frits au saindoux.

Lors du récent réaménagement de ce couvent, une campagne de fouilles archéologiques a été menée. Parmi les nombreux objets récupérés et datant de la période moderne, aucun ne ressemblait à un moule à Cannelé Bordelais. De plus, on a gardé la trace des réparations des batteries de cuisine et on ne trouve nulle trace d’un quelconque moule à Cannelé Bordelais. On peut donc mettre en doute cette filiation.

De fait le petit gâteau est complètement lié à l’histoire de Bordeaux et du vin ; en effet une étape importante dans la vinification est appelée collage. Elle consiste à filtrer le vin en cuve avec traditionnellement du blanc d’œuf monté en neige. Ce procédé coûteux était encore utilisé par bon nombre de châteaux et cette étape voyait tout le personnel des châteaux casser des œufs et séparer les blancs des jaunes qui étaient données aux Petites sœurs des pauvres lesquelles auraient confectionné le gâteau.

Les canauliers de Bordeaux

À Limoges on connaît la canole, une spécialité consistant en un pain fait avec de la farine et des jaunes d’œuf. Il est possible que ce soit le même produit que l’on vend à Bordeaux depuis le XVIIe siècle sous le nom de canaule, que l’on trouve aussi écrit canaulé ou canaulet. On en consomme de telle quantité que des artisans se sont spécialisés dans sa seule fabrication, ils portent le nom de canauliers. Ces artisans deviennent assez puissants pour s’organiser en corporation et se doter de statuts qu’enregistre le Parlement de Bordeaux en 1663. Les statuts de la corporation définissent très précisément ce qu’ils sont autorisés à confectionner. Ainsi ils peuvent faire du pain-béni, des canaules, des retortillons et des échaudés, mais ils leur est impossible d’utiliser de la pâte mixtionnée, c’est-à-dire dans la composition de laquelle entre du lait et du sucre, ingrédients réservés aux pâtissiers dont la corporation s’émouvait de la concurrence des canauliers.

S’ensuit une guerre entre les canauliers et les pâtissiers sur l’utilisation de la pâte mixtionnée. Un arrêt du Conseil d’état rendu à Versailles le 3 mars 1755 consacre la victoire des canauliers sur les pâtissiers.

La corporation des canauliers prospère alors au point qu’un édit de 1767 limite à huit le nombre des maîtrises autorisées pour la ville. Il règlemente aussi plus sévèrement l’accès à la profession.

Mais ce nombre de maîtres canauliers ne fut jamais respecté. Et en 1785 on ne comptait pas moins de trente-neuf canauliers à Bordeaux, dont dix étaient installés dans le seul faubourg Saint-Seurin. La Révolution supprime toutes les corporations mais pas la profession de canaulier, les annuaires continuent cependant à signaler les boutiques des canauliers et boulangers en pain-béni, même en pleine Terreur.

Ces canaules ou canoles sont-elles les ancêtres de nos cannelés modernes, que certains orthographient d’ailleurs canelés ou encore canelets ? Cela semble vraisemblable pour l’étymologie. En revanche aucun texte, inventaires de boutique ou archives de la corporation, ne fait allusion aux moules et encore moins à la forme des moules dans lesquels étaient cuites ces canaules.

Pour l’historique des ingrédients, ce gâteau est directement issu de l’activité portuaire de Bordeaux.

La vanille et le sucre de canne arrivent par bateau des îles lointaines.
Le jaune d’oeuf est un sous-produit de l’activité viticole du quartier des chartrons : le vin était collé au blanc d’oeuf, pour être clarifié avant expédition.

L’éclipse du XIXe siècle et l’explosion du XXe siècle [modifier]
Durant le XIXe siècle les canauliers disparaissent de la liste des artisans bordelais.

Dans le premier quart du XXe siècle le cannelé réapparaît, même s’il est difficile de dater avec précision son retour. Un pâtissier inconnu remet à la mode l’antique recette des canauliers. Il l’améliore en ajoutant à sa pâte du rhum et de la vanille. Il est vraisemblable que sa forme actuelle vienne de la vague homophonie avec le mot cannelure.

L’appellation moderne de Cannelé Bordelais est tardive et mystérieuse. Le Guide gourmand de la France de Gault et Millau de 1970 ne la mentionne pas. Ce n’est qu’en 1985 qu’une confrérie du cannelé de Bordeaux est créée et supprime le deuxième « n » du nom afin de mieux affirmer son identité. L’appellation canelé devient une marque collective, déposée à l’Institut national de la propriété industrielle par la Confrérie. Le Cannelé Bordelais rencontre un grand succès et dix ans après le dépôt de l’appellation, on compte 800 fabricants en Aquitaine et 600 en Gironde. En 1992 la consommation de Cannelé Bordelais en Gironde est évaluée à 4,5 millions d’unités.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Canel%C3%A9_bordelais –  http://www.baillardran.com/ – http://www.jedecouvrelafrance.com/f-3449.gironde-cannele.html

Une photo de cette belle « petite » commune, célèbre pour son domaine vinicole, dont le patrimoine à été classé par l’Unesco, que je découvre toujours plus à chacun de mes séjours…..

    Puisque c’est dégustation, juste deux petites minutes très « enjouées » de ce musicien virtuose de la harpe baroque et continuiste hautement imaginatif, Andrew LawrenceKing appartient aux grands interprètes du répertoire de la musique baroque, interprétées par ce grand artiste musicien Jordi Savall.

http://www.harmoniamundi.com/#/artists?id=53&view=bio

 

Publicités

8 Réponses

  1. Jazzy

    Merci oui je veux bien Eva ça a l\’air très bon , je ne connaissais pas du tout . Si mes petits bouts de chou étaient là je suis sure qu\’ils seraient devant l\’écran à me demander c\’est quoi ? J\’ai lu avec beaucoup d\’intérêt l\’histoire des cannelés, la Gironde c\’est un département que je ne connais pas bien , j\’aime voyager aussi grâce aux papilles merci pour ce billet qui le permet.Bonne soirée Bisous

    4 octobre 2009 à 20 h 08 min

  2. Rolland

    Alors vous vous êtes régalés ?800 frabricants ? la concurrence doit être dure…souhaitons pas une guerre des gangs de fabricants de cannelés bordelais !Billet très bien renseigné Eva…j\’en ai appris sur l\’histoire de ce petit gâteau !!sereine fin de journée…mon Irremplaçable et moi te faisons de gros poutous – @ ++

    4 octobre 2009 à 20 h 10 min

  3. joe ailes

    j\’en ai déjà mangé, mais jamais des faits maison!!!! tu as de la chance d\’habieter loin, je serai venue faire une razzia! j\’aime beaucoup le morceau de musique que tu as mis! il m\’apaise, j\’en avais besoin, là tout-de-suite!!! merci!douce soirée éva!bisous

    4 octobre 2009 à 20 h 20 min

  4. Le lampiste

    un si petit gâteau (enfin, il me semble petit d\’après les photos). Il ne me reste plus qu\’à les gouter. J\’écoute le Stabat mater jusqu\’à la fin avant de valider mon commentaire car je trouve ça BAT.

    4 octobre 2009 à 20 h 36 min

  5. Eva

    OUi ils sont petits, mais les vrais de la vraie recette de la vraie vie !! sont très bon!!! !! pas mal ré"ussis, mais bon peut mieux faire !! enfin tout est mangé ! j\’en referai promis!! mais vous êtes loin ! en attendant….Après les fatigues du jourQuand toute la nature s\’est revêtue d\’ombreQuand tout me parle au coeur….je me laisse envahir par cette torpeurDouce nuit à vous toutes et tous….kiso

    5 octobre 2009 à 0 h 11 min

  6. Sans LE I

    Bonjour EVA ces petits gâteaux sont très bons, j\’adore!!belle journée à toibisesChantal

    5 octobre 2009 à 14 h 31 min

  7. CERISE

    ah ah cannelé Bordelais !!! miam !!! quelle bonne idée!

    8 octobre 2009 à 22 h 25 min

  8. Moi

    Le cannelé c\’est bon mais la ratatouille maison, c\’est excellent !!

    10 octobre 2009 à 0 h 13 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s