Entre rire et larme…"Battons-nous. Cherchons le beau, le vrai. Ayons enfin le courage des larmes. Et révérons la vie. Théodore Monod"

C’est en France

cet article publié ce jour sur : http://www.loi1901.com/ie.php 
 
On achève bien les enfants… (15-09-2009)
 

  <a href="http://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1345&quot; target="_blank">Copyright Loi1901.com</a>

Vous souvenez-vous du célèbre Fichier Edvige destiné à rasssembler un maximum d’informations sur les citoyens français pour le compte de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur ? De très nombreuses associations avaient mené la lutte pour sa disparition. Ce fichier a finalement été retiré (en fait simplement remplacé par le fichier Edvirsp) le 20 novembre 2008.

Mais, que dire du fichier (pardon de l’application informatique) Base élèves premier degré ? Ce fichier, obligatoire pour tous les enfants, a été mis en place sans que le Parlement ait eu à en débattre, par un simple arrêté, presque quatre ans après le début de la collecte des données.

Ce fichage comporte de nombreuses irrégularités et est fortement contesté depuis plusieurs années par de nombreux parents, enseignants, simples citoyens, syndicats, élus, associations.

Un millier de parents a déjà porté plainte. En conscience des directeurs d’école ont refusé d’inscrire leurs élèves dans Base élèves et ont été de ce fait sanctionnés.

Déjà interrogés sur le sujet par plusieurs sénateurs, les réponses du Gouvernement ne prennent pas en compte ni les conclusions générales du comité des droits de l’enfant de l’ONU formulées le 11 juin 2009, ni les contestations des citoyens.

Le collectif national de résistance à Base élèves précise qu’il dispose des documents de déclaration à la CNIL°° après saisine de la CADA°°, qui confirme qu’il existe bien une base nationale qui conserve une partie des données à caractère personnel pendant 35 ans.

Mais cette base n’ayant fait l’objet d’aucune loi, décret ou arrêté, elle n’a pas été portée à la connaissance du législateur et a fortiori du citoyen. Il précise également que des recherches d’enfant sont pratiquées de manière automatique par Base élèves.

En effet, des avis de recherches complémentaires ont été envoyés dans les écoles rédigés en ces termes : « Recherche d’enfants […] Ces élèves n’apparaissent pas dans la base d’élèves mais peut être l’inscription est elle récente et le directeur n’a-t-il pas encore mis à jour la base élèves ».

Ces recherches automatiques échappent par définition à la vigilance des citoyens, en particulier, sans que les directeurs d’écoles en soit informés et pourraient conduire des parents à ne pas scolariser leur enfant en cas de situation irrégulière.

Par ailleurs, la loi relative à la prévention de la délinquance du 7 mars 2007 a modifié le code de l’éducation a posteriori (Base élèves date de 2004), et les fichiers des élèves jouent un rôle nouveau dans des projets interministériels mettant en oeuvre de nombreuses interconnexions.

L’école devient ainsi un lieu de détection, ce qui est contraire à la CIDE. D’autre part, quand bien même Base élèves faciliterait le travail des directeurs, et ce n’est pas le cas, cela ne peut se faire au détriment des droits des enfants.

Les projets d’utilisation de l’INE pour collecter de nouvelles données sur les enfants (évaluations, compétences…), malgré des systèmes de primes, ne manqueront pas de faire naître encore des oppositions de parents et d’enseignants convaincus que les enfants doivent pouvoir grandir sans être tracés.

M. Michel Liebgott (député divers gauche – Moselle) demande à M. le ministre de l’éducation nationale toutes les précisions utiles sur le traitement de données à caractère personnel "Base élèves 1er degré".

Réponse du ministère publiée au JO le 01/09/2009
Après une phase d’expérimentation, qui avait donné lieu à déclaration à la CNIL, conformément à la loi de 1978 modifiée, en 2004, le ministre de l’éducation nationale a pris, en date 20 octobre 2008, un arrêté portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel relatif au pilotage et à la gestion des élèves de l’enseignement du premier degré intitulé « Base élèves 1er degré », en vue de sa généralisation.

Les données recueillies sont strictement listées dans cet arrêté et correspondent aux nécessités de la gestion et du pilotage du premier degré :
– identification et coordonnées de l’élève ;
– identification du ou des responsables légaux de l’élève ;
– autres personnes à contacter en cas d’urgence ou autorisées à prendre en charge l’élève à la sortie de l’école ;
– dates d’inscription, d’admission et de radiation de l’élève dans l’école, classe, niveau et cycle ;
– activités périscolaires (garderies, études surveillées, restaurant et transport scolaire).

Cet outil est nécessaire, en particulier, pour le suivi précis des effectifs d’élèves. Il concerne l’ensemble des écoles publiques et privées, afin d’effectuer des constats de rentrée exhaustifs et fiables pour le premier degré, comme cela est déjà le cas depuis longtemps pour le second degré.

Toutes les informations relatives aux finalités et au contenu de cette application de gestion des élèves sont communiquées aux parents d’élèves par les directeurs d’écoles, les inspecteurs de circonscription et les inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale.

En effet, outre l’affichage de ces informations sur les panneaux destinés à l’information des parents d’élèves, ces derniers se voient remettre, en même temps que la fiche de renseignement à remplir, un imprimé sur les finalités de l’application et sur leurs droits d’accès et de modification des données recueillies.

La sécurité des accès à l’application est assurée par un dispositif d’authentification forte des utilisateurs, aujourd’hui généralisé, qui a fait l’objet d’échanges avec la CNIL.

Les données nominatives ne sont accessibles qu’à un nombre restreint d’acteurs locaux de l’éducation nationale (directeur d’école, inspecteur de l’éducation nationale chargé de circonscription, inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale) et aux municipalités ayant fait le choix du raccordement à Base élèves pour un nombre limité des données.

Elles ne sont accessibles ni aux rectorats, ni à l’administration centrale.

 

°° CADA : http://www.cada.fr/

°° CNIL : http://www.cnil.fr/

En savoir plus :
Le site de l’Education nationale communique sur le fichier

http://www.education.gouv.fr/cid24413/base-eleves-premier-degre.html

Le fichier Base élèves premier degré a été déclaré à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) le 24 décembre 2004, mais l’arrêté de sa création n’a été publié que 4 ans après… Pourquoi ?

Arrêté du 20 octobre 2008 portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel relatif au pilotage et à la gestion des élèves de l’enseignement du premier degré .

 
 
 
Publicités

4 Réponses

  1. Loup-Blanc

    Un petit Coucou en passant afin de te remercier de ton témoignage d\’Amitié pour la perte de mon Ami…. Bisous @+

    15 septembre 2009 à 23 h 45 min

  2. Jazzy

    Oui un article qui fait froid dans le dos . Un fichage des enfants avec des données qui seraient gardées 35 ans et ça passe comme une lettre à la poste , personne ne se voit victime d\’un big brother envahissant …C\’est incroyable le fichage des enfants n\’éveille pas les consciences , j\’ai l\’impression que les voix qui s\’élèvent contre cette entrave à la liberté sont couvertes par une chape de plomb .Merci d\’avoir mis cet article .Bisous

    16 septembre 2009 à 0 h 01 min

  3. joe ailes

    oui éva tu as bienfait de parler de ça, ça m\’avait complètemetn échappé, j\’en avais pas entendu parler! c\’est pour ça qu\’ils nous serinent avec leur grippe, pour qu\’on ne tende pas l\’oreille à ce genre de choses et endormir nos consciences!

    16 septembre 2009 à 0 h 34 min

  4. Loup-Blanc

    Je suis moi aussi persuadé que l\’on nous balance à longueur de journée des infos scabreuses juste pour nous "endormir" et les 99.9 % de la presse contribue à cet état de fait…Pendant ce temps là, il continuent leurs basses manoeuvres insidieusement dans une indifférence quasie générale…Passe un bon WE Eva, ma Licorne est toujours "handicapée du coude" Le retour à la normal sera long…Biz @+

    19 septembre 2009 à 8 h 25 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s