Entre rire et larme…"Battons-nous. Cherchons le beau, le vrai. Ayons enfin le courage des larmes. Et révérons la vie. Théodore Monod"

Comme une petite longévité…je veux dire…Sacrée Vie Henry Allingham

 

http://www.causeur.fr/doyen-de-lhumanite-un-dur-metier,2727….on peut imprimer et partager et relayer.

Dur ! Dur ! d’être un doyen de l’Humanité !

 

Halte aux cadences infernales ! Pacequ’m’enfin Il aura eu plus de temps de retraite que de temps d’activité, c’est rare. Bon plan de devenir doyen.

Henry Allingham.

Souvenez-vous bien de ce nom. Vous ne l’entendrez plus jamais. À 113 printemps, le doyen de l’humanité vient de passer l’arme à gauche. Ne croyez pas qu’il ait rejoint le Parti socialiste (y a des limites à tout, même à la sénilité), il a simplement quitté une existence qui commençait à traîner en longueur. Les vieillards ont ceci de supérieur à tous leurs congénères : passés les cent ans, il ne leur faut plus guère de temps pour comprendre que la vie, il n’y a pas que ça dans la vie.

J’aurais bien présenté mes condoléances à ses enfants. Ils sont morts depuis belle lurette. Ses petits-enfants croupissent dans un hospice de la morne banlieue de Londres. Je me rabats donc sur ses arrière-petits-enfants – en espérant qu’ils soient encore en vie – pour adresser à la famille mes pensées les plus émues.

Pour tout dire, je ne connaissais pas Henry Allingham. Jusqu’à ce que la radio m’annonce sa mort, j’ignorais même qu’il était le doyen de l’humanité – je croyais que c’était Patrick Apel-Muller quand j’ai réalisé que celui-ci n’en était que le rédacteur en chef.

Mais une chose est sûre : j’ai aimé Henry Allingham sitôt que j’ai entendu son nom et le secret de sa longévité. L’ancêtre professait tenir sa forme d’un triptyque des plus hygiéniques : “cigarettes, whisky et femmes très très sauvages”.

Il était bien, notre doyen ! Jusqu’alors, on nous avait refourgué des doyens de l’humanité qui ne valaient rien. “Si je suis vieux, disaient-ils, c’est que j’ai passé ma vie à m’emmerder. J’ai jamais bu, jamais fumé. J’ai toujours voté démocrate-républicain et c’est pas à 110 berges que je vais perdre mon pucelage. Je l’ai, je le garde.”

Parfois, il leur arrivait bien de raconter comment ils en étaient arrivés à boire un verre de Porto. C’était dans les années 1930, mais juste pour y tremper leurs lèvres : trop peur de crever.

Après avoir passé les cent premières années de leur vie à se faire chier comme des rats morts, ils profitaient du sprint final pour enquiquiner l’humanité entière. Et l’humanité, pas chienne, dépêchait de temps à autre un reporter pour aller au chevet du doyen :

– Toujours aussi chiant, l’ancêtre ?
– Toujours.
– Merci, l’ancêtre. À vous les studios !

En même temps, on ne peut pas reprocher aux plus de 110 ans de ne pas être hilares en permanence. La mort est là, ils le savent. Chaque soir qu’ils se couchent, ils ne sont pas sûrs de se réveiller le matin. Les statistiques sont formelles : le métier de doyen de l’humanité connaît, dans la plupart des cas, une issue tragique.

Rien de tout ça avec Henry Allingham ! Il fumait comme deux, picolait comme trois. L’eau minérale, il la réservait à l’arrosage des chrysanthèmes.

Et à 113 ans, rien d’autre ne l’intéressait plus que de peloter le cul des filles. L’arthrite ne lui faisait plus mal quand il en voyait passer une et imaginait sous sa robe virevoltante une exquise nudité, des formes aguichantes, une voluptueuse moiteur.

Henry Allingham était un Poilu, un vétéran britannique de la Grande Guerre. Il n’avait en tête qu’un unique slogan : “La Madelon ou la mort !”

Henry Allingham mériterait un monument. On le verrait, ridé et fringant, clope au bec, levant son verre de scotch et trinquant à la santé des générations futures. Et sur son piédestal, un sculpteur consciencieux graverait d’une main habile les seuls mots qui vaillent : la vie et rien d’autre.

En attendant, Trudi ( Gertrude Baines (en allemand Gertrude, c’est Trudi) est désormais la doyenne de l’humanité, avec 115 années au compteur) vous coiffe tous au poteau, les jeunots. Elle a 115 ans et toutes ses dents.

Tristan tu crois que quelque part il y a de l’Espoir ? OUI ? alors…

! ! En avant toutes ! !

M’enfin….Le vieux est l’ennemi du bien.

       

Groland – Le Complot Des Vieux
par fanfanfaron

 

Publicités

4 Réponses

  1. aurore et owen

    Eva, c’est beau comme du Hermann Hesse.On t\’ aime…….Pour dire vrai, le centenaire se conjugue le plus souvent au féminin (hécatombe de la guerre de 1914 oblige) et il se distingue sur le plan psychologique par un optimisme à toute épreuve et un caractère affirmé. Ayant travaillé toute sa vie le plus souvent, il, ou plutôt elle, a des gênes en or massif et conservé un bon système immunitaire. Sans, apparemment, bouder les plaisirs de l’existence. Voilà qui me fait penser à quelqu’une !mais enfin EVA ! je n\’arrive pas à le croire ! PAS TOI ! Non Eva ! pas toi ! tu as laissé passer cela ? parce qu\’enfin…Oui, enfin, si Gertrude a 115 ans et que Henry vient de mourir à 113, cela veut dire qu’Henry n’a jamais été doyen de l’humanité. Ou alors seulement de l’humanité virile. Ce qui n’empêche pas Gertrude d’être doyenne de l’humanité multi-genres. Tu me suis là ?, là ? LA ?J’ai vu un reportage où un gars se prive de tout pour démontrer qu’en mageant comme un oiseau et autres privations on peut vivre extrêmement vieux!Pour l’instant les faits semblent lui donner raison car il fait plus jeune que son âge, mais le plaisir vaut bien quelques rides!Pas pour lui, il préfère passer sa vie à ne pas la vivre! Tu le dîs d’ailleurs de façon sublîme; “… la vie, il n’y a pas que ça dans la vie!”.La mort doit être moins ennuyeuse!PS:je me suis encore régalée à ta lecture… Houlà! pour cette jouissance, je sens le graveur du temps incruster une petite ridule à la commissure de mes zygomatiques!Tu vas revoir cette question d\’égalité d\’âge ? hein Eva ? lol !tchoum ou si tu préfère En Carlos, c\’est "Big bisou".

    1 août 2009 à 23 h 12 min

  2. Rolland

    113 ans, il a connu le bon temps. Encore 73 ans à payer des amendes dès que je prends ma voiture, à ne plus pouvoir fumer, à vivre dans ce monde devenu, ce serait insupportable.Ha les femmes si ce n’était si cher…Cigarettes et whisky et p’tites pépées. Te laissent groggy te rendent un peu cinglé.Mais te laissent envie (à lire à haute voix) pendant longtemps.Info ou Intox ? Ah Eva cela fait du bien dès ce matin cette lecture ! !!heureuse journée – besos

    2 août 2009 à 9 h 57 min

  3. Eva

    heu.grrrrrrrrrrrrrrrrrrrr Aurore en effet comme une petite erreur !!! je rage ! rire ! vais revoir mes sources et pourtant tous les médias faisaient leur une avec doyen de l\’humanité ! vais leur écrire et aussi de ta part ! encore que des hommes qui ont du signer les articles ! alors les femmes doyennes s\’en foutent royalement ! Non mais dis donc Rolland…tu ne crois pas que tu commets comme une petite usurpation d\’idendité ? j\’ai éclaté de rire ! et la vidéo ? ça vaut son pesant ! non ?

    2 août 2009 à 13 h 56 min

  4. Loup-Blanc

    Que des débats pour de vielles carnes lol…Comme disait Bassens Jeune con ou vieux con… Ce n\’est pas qu\’une question d\’age, mais surtout de kilometrage mdr…De toutes façons, la vie est une maladie mortelle, et on le sait dés la naissance hi hioui Eva, faut profiter des plaisirs "d\’essence"… heu "des sens" lolJe te taquine… Passe une bonne fin de WE, Biz @+

    2 août 2009 à 17 h 34 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s