Entre rire et larme…"Battons-nous. Cherchons le beau, le vrai. Ayons enfin le courage des larmes. Et révérons la vie. Théodore Monod"

Etrange, il reste toujours quelques gouttes d’acide

Dans la Grèce antique, le pharmakos était à l’origine un pauvre destiné à être sacrifié aux dieux en cas de catastrophe.

http://pagesperso-orange.fr/jeanpierre.gadbois/mot_pharmacie.htm  

Dans la Grèce classique, par prévoyance, la ville d’Athènes entretenait à grands frais quelques malheureux destinés aux sacrifices. En cas de besoin (calamité, épidémie, famine, invasion), il y avait ainsi un pharmakon à la disposition de la collectivité. Il était promené dans les moindres recoins de la ville sur un char décoré ; il était destiné à drainer les ultimes parcelles du mal. Puis la victime sacrificielle était chassée ou tuée au cours d’une cérémonie rassemblant toute la populace.

Dans ce rite, le pharmakos est un réceptacle qui cristallise sur lui tout le mal et dont le sacrifice rembourse largement la société de ses investissements, puisqu’il calme l’effervescence et ramène la paix. La victime émissaire incarne la culpabilité collective. Le pharmakos apparaît sous un double visage : personnage coupable justifiant la vengeance à son encontre, mais aussi objet de vénération religieuse.

Il y a bien là une alchimie impérieuse dont la victime rituelle est l’instrument : en attirant sur elle la violence maléfique, elle permet, par sa mort, sa transformation en violence bénéfique.

http://www.aiempr.org/pdf/7-winterhalter_000.pdf
Le mot pharmacie vient du grec pharmakos et qui signifie….médicament et  poison. En grec classique, le pharmakon signifie le poison et son antidote, le mal et son remède, et finalement toute substance capable d’exercer une action très favorable ou très défavorable selon les cas, les circonstances et les doses employées (médecine des semblables et des opposés d’Hippocrate). Le pharmakon est une drogue magique ambiguë dont les hommes ordinaires doivent laisser la manipulation à ceux qui jouissent de connaissances exceptionnelles, voire surnaturelles : prêtres, magiciens, chamans, médecins…

Il y a des jours où on se dit qu’on aurait dû apprendre le grec…

 Vaccins : des enfants pauvres cobayes pour les enfants riches…et l’industrie pharmaceutique 
A l’heure où une grande partie de la population française fait pipi dans son pantalon, par peur de s’enrhumer, il me semble important de rappeler quelques détails de l’industrie pharmaceutique !
Tout d’abord, il faut savoir que le marché du vaccin est en pleine expansion, il rapporte beaucoup d’argent aux actionnaires.
L’industrie pharmaceutique est mercantile, ne l’oublions pas, elle n’est pas un organisme  humanitaire !!!
Celle-ci a donc tout intérêt à créer des conditions de marché qui lui sont favorables.
On parle de Nouvel Ordre Mondial, mais que dire des extorsions de fonds publiques faites actuellement par les industries pharmaceutiques,  qui tournent à plein rendement pour fournir des milliards de vaccins contre la grippe qui ne serviront strictement à rien ?
Avec la bénédiction des médias., c’est un scandale. 
Nous en sommes à prévoir une grippe au moins aussi méchante que la grippe espagnole dont on sait que le nombre de morts a grandi au fil des ans pour en arriver à des sommets de fantaisie.
Ah mais heureusement, ceux qui sont nés avant 1920 devraient être immunisés. Qu’ils dorment tranquilles donc, on ne va pas les embêter avec la petite piquouse !

Bien, bien… Pour mémoire rendez vous sur ce site qui vous explique comment on prend des enfants pauvres comme cobayes pour tester les vaccins qu’on injecte à nos enfants :

Des enfants pauvres cobayes pour les enfants riches… et l’industrie pharmaceutique

http://o-pied-humide.over-blog.com/article-33816258.html

Tous ceux qui pensent que leurs enfants ne pourraient pas vivre en bonne santé sans recevoir un certain nombre d’injections vaccinales doivent savoir que la mise au point de ces vaccins nécessite des essais d’efficacité et de tolérance effectués sur d’autres enfants.
Les sujets participant à de tels essais doivent apporter leur consentement éclairé. Comme il s’agit d’enfants, c’est le consentement des parents qui est sollicité, ce qui suppose qu’ils soient informés non seulement qu’il s’agit d’un essai, comportant donc une marge d’incertitude, mais aussi du but de la recherche et ses risques éventuels.
L’ennui, c’est que cette information étant donnée par ceux qui vont pratiquer l’expérimentation, il y aura une tendance naturelle à minimiser les risques.
Les essais sont donc pratiqués sur des populations pauvres souvent illettrées, dont le consentement aura été facilement obtenu, si tant est qu’il ait été sollicité.
Si l’on ajoute que le nombre de ces essais sont faits sur des handicapés mentaux, des pensionnaires d’orphelinats ou des enfants du tiers-monde, on comprendra que le consentement soit assez facilement obtenu.
L’avantage (pour l’industrie pharmaceutique) à utiliser des populations pauvres et vulnérables est que les éventuelles victimes d’effets secondaires à la vaccination ont bien peu de chance de voir leurs droits à des dommages-intérêts reconnus, si tant est qu’ils essaient de les faire valoir.
De nombreux exemples d’essais très contestables d’un point de vue éthique ont été répertoriés ces dernières décennies en Inde, Soudan, Somalie, Tchad, Bangladesh, Haïti, Mexique, Ouganda, zaïre (avec le vaccin anti-polio testé sur 250 000 personnes par Koprowski), mais également dans des orphelinats américains et australiens.

L’un des plus marquants se déroula au Biafra à la fin des années 60. Au cours de cette guerre de sécession au Nigeria, la population avait été complètement affamée et la TV nous montrait les pénibles et émouvantes images d’enfants décharnés.

Nous avons été nombreux à faire des donations pour venir en aide à ces victimes.

On aurait pu penser que ces fonds serviraient à la fourniture de nourriture.

Au lieu de cela, plus d’un milliard de centimes fût utilisé pour effectuer 2 millions de vaccinations contre la variole et 800 000 contre la rougeole avec un vaccin inactivé que les pays riches n’utilisaient plus parce que provoquant de graves réactions.

Comment ne pas réaliser qu’on a ainsi contribué à anéantir davantage la population ? Est-ce que cela ne se nommerait pas "une épuration humaine" ?  cela  fait peur, aller plus loin dans le raisonnement…quel nom avec le suffixe latin “cide” (tuer) pourrais-je employer ?  parce qu’enfin n’est-ce pas  un crime contre l’homme en tant qu’homme ?

Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; ils ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables"
Déclaration, La Commune de Paris, 1871
"Faire vivre l’enfer aux autres pour s’offrir un petit bout du paradis de l’argent
"-"Quand Rhône-Poulenc vaccine 20 personnes par seconde dans le monde, c’est bien pour le monde, c’est bien pour les actionnaires." – slogan publicitaire du groupe Rhône-Poulenc.

Pour en savoir plus Le chapitre "L’éthique et les essais vaccinaux" du livre "Vaccinations, les vérités indésirables" de Michel Georget.

Le chapitre "Vaccins polio et sida – Vaccinations à quels risques" (p 98 – 106) du livre "Vaccinations, les vérités indésirables" de Michel Georget.

Le livre : ’The River : A Journey to the Source of HIV and AIDS’ d’Edward Hooper.

L’article "Sida et Vaccin contre la Polio".

L’article "Une firme britannique a testé des médicaments contre le SIDA sur des orphelins".

Source : Le livre "Vaccinations, les vérités indésirables" de Michel Georget, éditions Dangles (2000).

 

Publicités

6 Réponses

  1. Le lampiste

    Edifiant ! Révoltant !Des deux sociétés décrites, de l\’antique et de la moderne, laquelle est la plus immorale, pour ne pas dire plus ?Ce qui suis n\’engage que moi. L’actionnariat est un système parasitaire responsable de la mise au rencard de million de travailleurs. Je pense en particulier aux fonds de pensions américains. On nous rabat les oreilles avec le trou de la sécurité sociale. Comment ce système reposant sur la solidarité peut-il fonctionner alors que l’industrie pharmaceutique repose sur une économie libérale motivée par le profit comme les actes médicaux d’ailleurs ? Bon bref………….

    19 juillet 2009 à 11 h 27 min

  2. Loup-Blanc

    Leur méthode ne change pas de celles employées par les médecins nazi… Fric ou propagande, voici les deux mamelles de cette bande de criminels…Dormez-bien brave gens, on s\’occupe de tout…Elle n\’est pas belle la vie ???Bon dimanche Eva @+

    19 juillet 2009 à 11 h 53 min

  3. Bernie

    Qui sait si ne ce sont pas les mêmes labos qui ont diffusé ce virus afin de vendre leur vaccin ?…Bernie

    19 juillet 2009 à 18 h 12 min

  4. Eva

    c\’est une question qui m\’est venue à l\’esprit !! et sans doute pas qu\’à nous !haut les coeurs quand même ! – kiso

    20 juillet 2009 à 10 h 50 min

  5. Le lampiste

    Haut le coeur aussi !

    20 juillet 2009 à 11 h 44 min

  6. aurore et owen

    je suppose que tu as du regarder (si chez toi) une fois de plus dans C plus clair…ils ont remis le couvert….sur la grippe, le vaccin et tutti quantti !

    21 juillet 2009 à 17 h 39 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s